Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide Les chiffonniers du Caire Décembre 2011, El Mokattam, quartier des "Chiffonniers du Caire", cher à Sœur Emmanuelle et dont les habitants vivent misérablement de la collecte et du tri des ordures de la mégapole.

On est dimanche : l’activité est réduite dans ce quartier copte où la religion est partout présente. Quelques véhicules à l’équilibre précaire circulent encore. Les ordures s’entassent dans les rues, montent parfois jusqu’au premier étage des maisons. Ici et là, l’odeur est pestilentielle. Dans l’immense grotte-sanctuaire, où l’on vous conte vie et miracles des nombreux saints veillant sur le lieu, les cérémonies dominicales se préparent.
La campagne électorale bat son plein, juste après le printemps arabe et les évènements de la place Tahrir.
En 2009, le gouvernement Moubarak avait ordonné l’abattage de tous les porcs, ceux que les "Zabellines", les chiffonniers, élevaient pour éliminer les déchets organiques des rues et nourrir leur famille.
Slide
Menu
error: Content is protected !!